Les organismes de bienfaisance dans un cul-de-sac

Articles

Les organismes de bienfaisance dans un cul-de-sac

Le Devoir- Karl Rettino-Parazelli

Après des années de lutte, les organismes de bienfaisance dûment enregistrés se retrouvent dans un cul-de-sac. Leur représentation auprès de nombreuses municipalités et du gouvernement du Québec n’a pas empêché la prolifération des boîtes de dons de fausses fondations, qui les prive de milliers, voire de millions de dollars chaque année. Dans un ultime effort pour modifier les règlements municipaux en sa faveur, la fondation Grands Frères Grandes Soeurs de Montréal fait donc appel à un lobbyiste, tandis que l’organisme Entraide diabétique du Québec songe carrément à se financer autrement.

Dans une nouvelle inscription au registre des lobbyistes datée du 26 juin, la fondation Grands Frères Grandes Soeurs de Montréal a confié à Daniel Gingras le mandat de négocier avec les municipalités pour qu’elles permettent l’installation de ses boîtes de collecte de vêtements semi-enfouies dans le stationnement d’édifices commerciaux avec qui elle a une entente.

Pour lire l’article…

© FAFMRQ 2021