La Fédération des associations
de familles monoparentales
et recomposées du Québec
(FAFMRQ) lutte pour l’amélioration
des conditions de vie des familles
monoparentales et recomposées.

En savoir plus ›

Actualités

POUR UNE RELANCE FÉMINISTE (Mémoire prébudgétaire du G13)

Égalité femmes / hommes |

24 février 2021

Mémoire présenté dans le cadre des

CONSULTATIONS PRÉBUDGÉTAIRES: BUDGET 2021-2022

« PLAN DE RELANCE ÉCONOMIQUE »

par le GROUPE DES 13: Regroupements et organismes nationaux de femmes

Pour télécharger le mémoire…

La COVID-19: un impact majeur sur la qualité de vie et la santé des femmes au Québec

Actualité, Égalité femmes / hommes |

11 décembre 2020

La pandémie a entraîné de graves conséquences sur la santé et la qualité de vie des femmes et creuse davantage les inégalités existantes entre les femmes et les hommes, notamment en matière d’emploi et de conciliation famille-travail-études. 

C’est le constat que dresse le rapport conjoint réalisé par l’Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) et l’Observatoire québécois des inégalités (OQI) avec la contribution de plus de 1 500 femmes au Québec et d’autres partenaires (dont la FAFMRQ). 

Pour lire le communiqué…

Pour lire le rapport complet…

ADOPTION UNANIME DU PROET DE LOI 51: UNE AVANCÉE POUR LES FAMILLES QUÉBÉCOISES!

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 Montréal, le 28 octobre 2020 – La Coalition pour la conciliation famille-travail-études se réjouit de l’adoption unanime par les membres de l’Assemblée nationale du projet de loi 51 visant à améliorer la flexibilité du régime québécois d’assurance parentale. Ce projet de loi permettra une meilleure conciliation famille-travail-études des familles québécoises et la Coalition est fière d’avoir contribué significativement aux travaux. 

«Soulignons particulièrement les avancées significatives pour les parents adoptants, les mesures bonifiées en cas de naissances multiples ainsi que l’ajout d’une période de deuil en cas de décès d’un enfant», note Sylvie Lévesque, porte-parole de la Coalition. «Nous saluons également la prolongation des périodes de prestations de maternité et parentales.» 

Pour télécharger le communiqué…

M. LEGAULT, PLUS QUE DES REMERCIEMENTS: CAP VERS UNE SOCIÉTÉ PLUS ÉGALITAIRE!

Collectif d’auteures (Le G13)Le Droit

Photothèque Le Soleil

POINT DE VUE / Le gouvernement – représenté par une délégation de 14 hommes et quatre femmes – est à dessiner la relance économique. Bien qu’un certain retour à la normale soit souhaité, espérons que nous tirerons des leçons de cette crise.

Bien des belles promesses, d’éloquents remerciements et de beaux discours ont été prononcés par nos leaders et dirigeants. Des applaudissements même! Pourtant, si on mesure la valeur d’une société au traitement qu’elle réserve à ses plus démuniEs, reconnaissons d’emblée que la crise a mis en lumière les failles du système et les changements urgents qui s’imposent. 

Pour lire l’article…

LE DROIT DE LA FAMILLE CHANGE: LES FEMMES ENFIN MIEUX PROTÉGÉES?

Catherine DubéCHÂTELAINE

Photo: Stocksy/ALI HARPER.

Six ans après une séparation houleuse, Josiane en arrache encore. «À 36 ans, je dois emprunter de l’argent à ma mère», soupire cette résidante de la Montérégie, maman de trois enfants âgés de 10 à 15 ans. Afin de ne pas attiser le conflit avec son ex, Josiane témoigne sous un faux nom.

Au moment de sa rupture, cela faisait quelques années qu’elle avait quitté le marché du travail pour prendre soin des enfants. Une décision du couple. Le revenu de son conjoint était suffisant pour faire vivre la famille et permettre à celle-ci des vacances dans le Sud. C’est lui qui gérait les finances de la maisonnée. Et comme l’immense majorité des conjoints de fait, ils n’avaient pas signé de contrat de vie commune. Moins de 8 % des couples en union libre le font, selon une enquête de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) publiée en 2017. «Par amour ou par aveuglement, je lui faisais confiance», se remémore Josiane.

Pour lire l’article…

50 ANS D’AVANCÉES DES FEMMES: DE LA COMMISSION BIRD À #METOO!

Égalité femmes / hommes |

09 mars 2020

Se lever, se doucher, habiller les enfants, préparer le déjeuner et la boîte à lunch, reconduire les enfants à la garderie, compléter sa journée de travail, passer à l’épicerie, aller chercher les enfants, cuisiner le souper, donner le bain… ouf! Plusieurs femmes québécoises se reconnaissent sans doute dans cette gestion familiale de haute voltige. La famille, composante clé d’une émancipation réussie, se réinvente, hier, aujourd’hui et demain.

POUR LE DROIT DES ENFANTS DE VIVRE SANS PAUVRETÉ, SANS PRÉJUGÉ ET SANS VIOLENCE, Bulletin Vol. 44, No. 3

BULLETIN DE LIAISON DE MARS 2020 – VOLUME 44, NO. 3

À lire dans ce numéro…

Être une famille monoparentale issue de l’immigration
Par Marie-Suzie Weche

Le droit des enfants de vivre sans pauvreté, sans préjugé et sans violence
Par Lorraine Desjardins

Sur la réforme des mères déviantes: Les représentations de la maternité dans la jurisprudence de la Chambre de la jeunesse, entre différenciation et responsabilité
Par Emmanuelle Bernheim et Delphine Gauthier-Boiteau

Analyse des décisions en matière de violence conjugale devant la Cour supérieur du Québec: Un rapport de recherche qui soulève d’importantes questions
Par Dominique Bernier et Manon Monastesse

Les femmes monoparentales et les premières années de l’aide sociale
Par Olivier Ducharme

NOTE: Le Bulletin de liaison est publié 3 fois par année. Seuls certains articles du numéro le plus récent sont accessibles sur le site Web. Pour faire partie de notre liste d’envoi du Bulletin, il suffit de remplir le FORMULAIRE D’ABONNEMENT. Il n’en coûte que 20$ par année.

Projet de loi sur l’assurance parentale : des avancées !

Montréal, le 28 novembre 2019. La Coalition pour la conciliation famille-travail-études accueille favorablement le dépôt du projet de Loi 51 — Loi visant principalement à améliorer la flexibilité du régime d’assurance parentale afin de favoriser la conciliation famille-travail. 

Selon Gabrielle Pitre, porte-parole de la Coalition : « le ministre du Travail, M. Jean Boulet, a ouvert un dialogue significatif visant à modifier plusieurs mesures du Régime au bénéfice des familles québécoises. Soulignons notamment la bonification des semaines de prestations pour les parents adoptants et dans le cas de grossesses ou d’adoptions multiples. L’allongement des périodes où il sera possible de bénéficier des prestations de maternité et parentales ajoute à la flexibilité du régime. »

Pour télécharger le communiqué…

QUAND TRAVAIL RIME AVEC PAUVRETÉ ET ENGAGEMENT AVEC ÉPUISEMENT, Bulletin Vol. 44, No. 2

BULLETIN DE LIAISON D’OCTOBRE 2019 – VOLUME 44, NO. 2

À lire dans ce numéro…

Une occasion en or de montrer nos couleurs!
Par Marie-Suzie Weche

Plan d’action gouvernemental en matière d’action communautaire
Par Caroline Toupin

Regard sur les conditions de travail des salarié.e.s au salaire minimum
Par Marie-Josée Dupuis

Quand l’implication bénévole devient une charge mentale chez les mères
Annabelle Berthiaume

Combien d’enfants vivent en garde partagée?
Par David Pelletier

NOTE: Le Bulletin de liaison est publié 3 fois par année. Seuls certains articles du numéro le plus récent sont accessibles sur le site Web. Pour faire partie de notre liste d’envoi du Bulletin, il suffit de remplir le FORMULAIRE D’ABONNEMENT.

Comment des femmes itinérantes sortent de l’invisibilité

MARIE BOULEL’ACTUALITÉ

Illustration : Audrey Malo

Je retrouve Cylvie sur le banc d’une table à piquenique au cœur du parc La Fontaine, à Montréal. Elle pose devant elle son sac à dos multicolore et m’observe avec attention. Cylvie a la voix un peu cassée et les cheveux coupés très court. Elle préfère taire son nom de famille et ne pas donner son âge. « Trop vieille », précise-t-elle en souriant. Elle raconte qu’elle a vécu huit ans dans la rue. Il y a trois ans, elle a enfin emménagé dans un HLM, avec celle qu’elle appelle sa fille. Elle plonge la main dans son sac et en ressort une photo qu’elle me tend avec un grand sourire. C’est un petit chat. « La voilà, ma fille. Elle s’appelle Sky, elle a eu cinq ans au mois de mai. » Cylvie se considère comme une privilégiée : elle est sortie de la rue, en plus d’avoir survécu à des années de consommation. « J’étais grosse comme un clou et j’avais la seringue dans le bras 24 sur 24. »

Cylvie n’est pas qu’une survivante de la rue. Depuis 2015, elle est aussi cochercheuse. Avec une douzaine de Montréalaises âgées d’en moyenne 50 ans, qui vivent ou ont vécu une situation d’itinérance, elle participe à un travail de recherche mené par Céline Bellot et Jacinthe Rivard, professeures à l’École de travail social de l’Université de Montréal. Cette démarche de science participative porte bien son nom, Rendre visible l’itinérance au féminin : elle vise à récolter des données autrement impossibles à obtenir pour mieux comprendre les réalités et les défis de l’itinérance féminine. Les données sont ensuite transmises aux services de santé, de logement et d’emploi afin de leur permettre de s’adapter et de diriger leurs actions pour mieux aider et accompagner les femmes en situation d’itinérance. 

Pour lire la suite…

© FAFMRQ 2021